Trouver mon accueillante

1) Recherche

2) Familiarisation

3) Accueil

4) Financement

1) Vous cherchez une accueillante

Contactez Baby-service ou remplissez le formulaire ci-dessous

2) La familiarisation

C’est une rencontre entre les parents et l’accueillante.  C’est un temps qui permet d’échanger autour du projet d’accueil.  Il permet de dialoguer sur la manière d’accueillir chaque enfant.

Dans un climat de confiance mutuelle, la communication pourra être franche, constructive et efficace.  Les parents pourront ainsi que l’accueillante énoncer leurs attentes, leurs besoins ainsi que les craintes éventuelles.

La familiarisation doit être adaptée à chaque enfant et tente de répondre au mieux à ses besoins et ceux de sa famille.  Il est essentiel que l’enfant vive les différentes étapes de sa familiarisation de façon à ce qu’il se sente dans un climat de confiance.

Les différentes étapes de la familiarisation

  • Une rencontre chez l’accueillante afin de prendre connaissance du milieu d’accueil et faire connaissance avec l’accueillante et sa famille,
  • Une période d’accueil de l’enfant en présence d’un ou des deux parents. Durant ce moment, l’accueillante veillera à se rendre disponible pour les parents, les parents pourront ainsi faire part à l’accueillante des habitudes, des rites de l’enfant et faire connaissance avec le quotidien de l’accueillante
  • Une période d’accueil de l’enfant seul, et pouvant s’étaler dans le temps (rythme à définir avec l’accueillante). Il pourra faire connaissance et être présenté aux autres enfants accueillis et se familiariser avec le milieu d’accueil.

 

Quelques points à échanger lors des premiers contacts et tout au long de l’accueil :

 

  • les habitudes de soins,l’alimentation : évolution du régime, rituels lors des repas, allergies,
  • les siestes : périodes d’endormissement et d’éveil, rituels (la place du doudou, l’utilisation de la sucette ou non, …),
  • présentation de la famille de l’accueillante,
  • présentation du groupe d’enfants et place du nouveau venu,
  • présentation des lieux de vie durant l’accueil,
  • l’évolution générale de l’enfant : psychomotricité, langage, …
  • l’échange sur les pratiques éducatives,
  • traitement médical ou suivi, si nécessaire,
3) Le déroulement de l’accueil
Voici quelques idées afin de bien démarrer la journée :

  • Être disponible au moment de l’accueil afin d’échanger au sujet de l’enfant
  • Un rituel d’accueil et de départ peut aider l’enfant à vivre au mieux le passage entre ses parents et son accueillante. L’enfant vit plusieurs temps de rupture durant sa journée : le matin, il quitte ses parents et retrouve son accueillante et le soir, il vit le chemin inverse.
  • Le doudou et la sucette peuvent être deux objets qui facilitent la séparation de l’enfant avec ses parents. Il sert à sécuriser l’enfant dans les situations difficiles. C’est son objet tranquillisant, consolateur. Il symbolise le pôle sécurité et permet à l’enfant de s’aventurer vers l’inconnu en se sentant sécurisé. Le doudou symbolise aussi le lien, dans la séparation et permet à l’enfant de garder le fil de son histoire personnelle.

La communication 

Il est important pour l’enfant de vivre une transition harmonieuse entre ses parents et son accueillante. Pour y arriver, il peut être intéressant de convenir avec l’accueillante du lieu d’accueil le matin et la manière sont cela se passera. L’accueillante accueille à son domicile, elle doit donc gérer son espace privé et professionnel.
Une communication régulière s’installe entre les parents et l’accueillante à propos de l’accueil de tous les jours. L’accueillante veillera à décrire des comportements objectifs, sans jugement de sa part. Cette communication se fait le plus souvent oralement.
Certaines accueillantes utilisent d’autres moyens de communication…
Pour certaines, ce sera l’utilisation de carnets de liaison, de tableaux de communication, d’albums photos ou pour d’autres, la réalisation de bricolages,…
Ces divers outils, choisis et utilisés par l’accueillante suivant sa sensibilité, permettent une autre façon d’entrer en contact, de se partager…
Ils permettent bien souvent d’installer un esprit de groupe, une ambiance conviviale.
Ils servent d’aide-mémoire pour éviter oublis et conflits.
L’accueillante s’engage à garantir le secret professionnel autour de ces échanges.

Donner à l’enfant une place active 

L’accueillante reconnaît les compétences et les intérêts de chaque enfant afin de lui permettre d’être acteur et partenaire actif.
Cela lui permet de s’affirmer tout en se confrontant aux limites de la réalité. C’est-à-dire lui permettre d’exprimer ses émotions, l’ouvrir à une conscience de soi et favoriser le développement de ses ressources propres.
L’observation du vécu de chaque enfant est primordiale. Elle aide l’accueillante à soutenir l’activité propre à chaque enfant, lui permettant d’explorer et d’expérimenter.
L’accueillante aménage des moments privilégiés de plaisir partagés ; elle sollicite la collaboration de chaque enfant, répond à ses sollicitations, l’informe de ce qu’il entreprend, le rassure. La mise au lit, les moments du change de l’enfant sont des moments de complicité avec chacun.
Le lien individuel est la spécificité même du type d’accueil offert par le service. Il s’agit d’un accueil familial et individualisé mis en place par chaque accueillante, qui organise sa journée en fonction de l’accueil de chaque enfant.

La liberté de mouvement

Assurer la liberté de mouvements, tout en veillant à sa sécurité : laisser libre cours aux mouvements spontanés de l’enfant ; cela se répercutera sur son développement psychique, l’assurance de son corps, la sécurité intérieure, la conscience de ses compétences. L’accueillante veille à ajuster son espace pour permettre cette liberté en respectant les positions acquises.

L’apprentissage de la propreté

L’observation de l’enfant et de son évolution va permettre aux parents ainsi qu’à l’accueillante de prendre conscience s’il est prêt ou non à débuter l’apprentissage à la propreté. Le respect du rythme de l’enfant va donc de soi tout comme le fait de le stimuler et de l’encourager en douceur : « suivre l’enfant et non le précéder ».
Cet apprentissage ne se fait de commun accord, suite à un dialogue avec l’accueillante, afin de débuter et d’accompagner ensemble l’enfant. Parents et accueillante seront indulgents en cas de petits accidents ou régressions du jeune apprenti ! A ce propos, il est nécessaire de prévoir des vêtements de rechange en suffisance.

Assurer une continuité de l’accueil

Chaque enfant s’épanouit dans une sécurité psychique des liens qu’il tisse petit à petit avec son accueillante et les autres enfants. Il est bon de garantir aux enfants des repères familiers. Dans cette idée, il est important :
que l’enfant fréquente régulièrement le milieu d’accueil,
de le préparer aux changements,
qu’il y ait un dialogue entre les parents et l’accueillante, autour des choix éducatifs respectifs.

Les repères et les rituels sont importants pour les enfants. Dans le cadre d’entretiens, qui pourront intervenir à différents moments de l’accueil, il sera nécessaire d’adapter ces différentes pratiques (familiales et milieu d’accueil), afin de tendre vers des pratiques communes, dans l’intérêt de l’enfant.

La fin de l’accueil

La fin de séjour se négocie entre les parents et votre accueillante, dans le respect du préavis minimum prévu (deux semaines d’accueil presté).
Il est nécessaire de préparer le départ de l’enfant de son milieu d’accueil. Cet événement représente un changement pour l’enfant, ses compagnons de jeu et les adultes qui l’entourent.

4) La participation financière

La participation financière des parents est calculée à partir des revenus mensuels nets cumulés du ménage.  Elle couvre les frais de séjour, à l’exception des langes, des médicaments, des aliments de régime et des vêtements.

 

Les demi-journées sont comptabilisées à 60 % de la P.F.P. normalement due et ne peuvent dépasser une durée de 5 heures de garde.  Lorsque deux enfants d’une même famille sont pris simultanément en charge par un milieu d’accueil agréé et pour tout enfant appartenant à une famille d’au moins trois enfants (dans ce cas, l’enfant porteur d’un handicap compte pour deux unités dans le calcul du nombre d’enfants faisant partie du ménage), la P.F.P. due pour chaque enfant est réduite à 70 %.

 

Vous souhaitez trouver une place d'accueil ?

Des liens entre l’accueillante et notre petite puce se renforcent de jour en jour, mais aussi avec ses petits camarades.

Papa et maman de Louane

L’accueil à domicile a permis à ma fille « de vivre » avec des enfants de tout âge, petit et plus grand qu’elle.

Maman d’Eliza

Elle l’aide chaque jour à découvrir le monde à son propre rythme

Papa et maman de Lilou

Choisir une accueillante, c’est donner un environnement personnalisé à son enfant et permettre qu’il évolue dans un milieu plus familial, à visage humain, tout en étant en contact avec d’autres enfants.

Papa et maman d’Ilyana

Nous avons choisi une accueillante car il était important pour nous que notre fille soit dans un environnement familial.  Et c’est tout près de notre domicile, ce qui n’est pas négligeable. 

Papa et maman de Liza

Niveau financier, un taux basé sur les revenus, ce que je trouve juste et équitable.

Maman de Jean